VIH

Guide pour aider les patients à apprendre à vivre avec le VIH : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

Aux États-Unis, plus d’un million de personnes vivent actuellement avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Au cours des 30 dernières années, la stigmatisation et les fausses idées autour de la maladie ont pratiquement disparu. La diffusion d’informations et une meilleure sensibilisation ont permis aux gens de mieux comprendre la maladie, les personnes qui en souffrent et les mesures que ces personnes doivent prendre à cause de leur diagnostic. Grâce aux avancées médicales et aux progrès réalisés en matière de programmes de traitement, vivre avec le VIH devient plus facile. Ici, vous pourrez apprendre des manières de discuter avec vos médecins, commencer un traitement, et gérer le stress et les changements de mode de vie associés à un diagnostic de VIH.

Le diagnostic est confirmé. Que se passe-t-il maintenant ?

Si un diagnostic établi par une clinique quelconque ou par un autre établissement que celui de votre médecin traitant révèle que vous êtes infecté par le VIH, prenez rendez-vous avec votre médecin habituel immédiatement. Annoncez-lui le diagnostic. Votre médecin vous fera peut-être passer des tests et voudra probablement obtenir davantage d’informations sur votre diagnostic, notamment comment vous avez été exposé au VIH, si vous avez d’autres infections sexuellement transmissibles et si vous avez d’autres risques de contracter le VIH, y compris par la consommation de drogues injectées ou par le biais de rapports sexuels non protégés. Pendant le rendez-vous, votre médecin voudra peut-être effectuer un examen physique complet. Ceci aidera à établir une base de référence, comme un point auquel il pourra se référer au fur et à mesure que la maladie évolue. Votre médecin pourra également vous prescrire plusieurs analyses de sang pour vérifier votre charge virale et votre niveau de cellules T CD4+, qui permettent de mesurer l’effet de la maladie sur votre système immunitaire.

À ce stade, vous discuterez peut-être ensemble des traitements possibles. Certains médecins préfèrent commencer par des médicaments antirétroviraux immédiatement. D’autres laisseront les patients attendre un moment avant de leur prescrire un traitement. Dans tous les cas, la décision finale vous revient. Posez toutes les questions qui vous tracassent à votre médecin. Le commencement d’un traitement pour le VIH est un engagement : vous risquez de suivre ce traitement toute votre vie.

Tenez un journal

L’annonce d’un diagnostic de VIH peut être une nouvelle difficile à gérer, sans parler de la confusion qu’elle sème. Grâce à la tenue d’un journal, vous pourrez plus facilement garder une trace de toutes les informations que vos médecins et autres professionnels de la santé pourront vous fournir. Inscrivez par écrit ce que le médecin vous dit, les questions que vous pouvez avoir ou tout ce qui vous préoccupe. Si vous commencez à prendre un médicament, écrivez quand vous le prenez et notez les effets secondaires éventuels. Si votre médecin conduit des analyses sanguines régulièrement pour contrôler votre charge virale et le niveau de vos cellules T CD4+, il serait également utile de les inscrire. Plus vous avez d’informations, mieux vous serez préparé au fur et à mesure de l’évolution de la maladie.

Soutien

Un tel diagnostic peut être démoralisant, mais vous n’êtes pas obligé d’y faire face seul. Si vous ne connaissez personne qui a cette maladie, vous vous sentirez peut-être seul ou isolé, et vous ne saurez pas vers qui vous tourner. En particulier, une telle situation fait souvent peur lorsqu’il vous faut prendre des décisions concernant traitements et médicaments, et pour savoir si vous devez le dire à vos partenaires, à vos amis et aux membres de votre famille. Contactez l’hôpital le plus proche pour voir si un groupe de soutien pour le VIH/sida existe dans votre région. Des groupes de soutien en ligne sont également disponibles.

Un mode de vie sain

Les médicaments, aussi importants soient-ils, ne sont pas le seul traitement disponible. Si vous prenez soin de votre corps, il en fera de même. De plus, un mode de vie sain permet de prévenir d’autres complications éventuelles d’une infection par le VIH, comme l’obésité, une maladie cardiovasculaire et un cancer. Mangez équilibré et sainement en incluant dans votre régime alimentaire des fruits et des légumes, des grains entiers et des protéines maigres. Un bon traitement commence par une bonne alimentation. Manger sainement permet de renforcer votre système immunitaire et vous apporte toute l’énergie dont vous avez besoin. Même après un diagnostic de VIH, entretenez un mode de vie actif autant que possible. Passez au moins 30 minutes à faire de l’exercice cinq jours par semaine. Plus vous en faites, mieux c’est.

Faites-vous vacciner

Pendant la saison des rhumes et de la grippe, il est important pour les personnes atteintes du VIH de se faire vacciner contre la pneumonie et la grippe (à condition que le vaccin ne contienne pas de virus actif). Demandez bien à votre médecin avant de vous faire vacciner si cela est sans danger pour vous.

Traitements de la médecine non conventionnelle

Les vitamines et les compléments alimentaires peuvent être bénéfiques pour les séropositifs. Ils peuvent stimuler le système immunitaire et aider à contrecarrer les effets secondaires négatifs des médicaments antirétroviraux. Néanmoins, certains traitements non conventionnels peuvent également être dangereux lorsqu’ils sont pris en même temps que des médicaments contre le VIH ; d’autres peuvent aussi réduire l’efficacité de ces médicaments. Les traitements de la médecine non conventionnelle ne conviennent pas à tout le monde, et personne ne doit commencer un tel traitement sans en parler au préalable avec son médecin.

N’ayez pas peur de changer de traitement

Vous ne conserverez peut-être pas le même traitement antirétroviral toute votre vie. Il vous faudra peut-être changer. Parmi les raisons qui peuvent vous pousser à changer, on peut nommer une résistance aux médicaments, une diminution de l’absorption des médicaments, des difficultés à suivre les horaires d’un traitement ou la combinaison inappropriée de certains médicaments. Si vous pensez que vos médicaments ne sont pas aussi efficaces qu’ils le devraient, ou que les effets secondaires ou les symptômes non traités du VIH deviennent trop importants, parlez-en à votre médecin. Emportez votre journal avec vous lors de votre visite et discutez de vos préoccupations concernant le traitement. Votre médecin pourra vous soutenir si vous pensez qu’il est temps de changer de traitement.

De même, au fur et à mesure que la médecine progresse et que de nouveaux médicaments deviennent disponibles, demandez à votre médecin si vous aimeriez changer pour essayer autre chose. Dans la lutte contre le VIH, tout traitement doit être exploré. Si votre médecin ne semble pas particulièrement attentif à vos attentes, adressez-vous à quelqu’un d’autre. Vous pouvez vivre une vie normale, même si vous êtes séropositif.

Autres articles

Épiglottite : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Prostatite chronique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Perte d’appétit : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Trouble de l’attachement réactif de la petite enfance : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Angioplastie périphérique avec implantation de stent : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Alimentation équilibrée : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Le syndrome de choc toxique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Éructation : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Régime alimentaire pour le diabète gestationnel : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Trouble de la personnalité : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Maladie de (von) Willebrand : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Biopsie mammaire stéréotaxique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene