suppression à la dexaméthasone

Test de suppression à la dexaméthasone : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

Le test de suppression à la dexaméthasone est principalement employé dans le diagnostic du syndrome de Cushing. Le syndrome de Cushing indique un niveau de cortisol excessivement élevé. Le cortisol est une hormone stéroïde produite par le corps lorsque le niveau de stress est élevé.

Un test de suppression à la dexaméthasone permet d’obtenir deux résultats : tout d’abord, il mesure la quantité de dexaméthasone produite par le corps. La dexaméthasone est un corticostéroïde similaire à ceux produits naturellement par les glandes surrénales. Elle affecte le taux de cortisol dans le sang. Elle peut être prescrite en remplacement de la substance chimique naturellement fabriquée par le corps lorsque celle-ci n’est pas produite en quantité suffisante. Il arrive également qu’elle soit utilisée en tant qu’agent anti-inflammatoire pour traiter l’arthrite et les troubles sanguins, rénaux et oculaires.

Les glandes surrénales sont situées sous les reins. Elles produisent des hormones stéroïdes telles que des androgènes, ainsi que du cortisol, de l’adrénaline et de la noradrénaline.

Le test peut également être utilisé pour déterminer comment les glandes surrénales réagissent à la corticotrophine. La corticotrophine est une hormone produite par l’hypophyse. Celle-ci a un certain nombre de fonctions, au nombre desquelles la production de corticostéroïdes. Un excédent de corticotrophine peut être à l’origine du syndrome de Cushing.

Utilisation

Si vous suivez un traitement au dexaméthasone, qui est un médicament de la catégorie des corticostéroïdes, le médecin pourra recommander un test de suppression à la dexaméthasone afin de déterminer comment celle-ci affecte les niveaux de cortisol de votre sang.

Chez une personne en bonne santé, l’hypophyse fabriquant moins de corticotrophine, les glandes surrénales produisent moins de cortisol.

La dexaméthasone est prescrite pour soulager les inflammations liées à l’arthrite, une allergie grave ou d’autres pathologies. Lorsque vous prenez de la dexaméthasone, qui est très similaire au cortisol, la quantité de corticotrophine excrétée dans le sang devrait être réduite. Un niveau élevé de cortisol après la prise d’une dose de dexaméthasone est toutefois indicateur d’un état anormal.

Préparation

Votre médecin peut, avant le test, vous demander de cesser de prendre certains médicaments délivrés sur ordonnance susceptibles d’en affecter le résultat. Il s’agit notamment :

  • des contraceptifs oraux ;
  • des barbituriques ;
  • de la phénytoïne, qui est utilisée pour traiter les attaques de type épileptique ;
  • des corticostéroïdes ;
  • des œstrogènes ;
  • de la spironolactone, qui est utilisée dans le traitement des patients atteints d’insuffisance cardiaque congestive, de cirrhose ou de problèmes rénaux ;
  • des tétracyclines, qui sont une famille d’antibiotiques ;

Administration

Administration

Il existe deux variantes des tests de suppression à la dexaméthasone : à dose faible et à dose élevée . Chacune d’elles peut être effectuée du jour ou lendemain ou sur une période de 3 jours (il s’agit alors d’un test dit standard ).

Dans un cas comme dans l’autre, le médecin administre au patient une dose de dexaméthasone avant de mesurer ses niveaux de cortisol. Un échantillon de sang est également nécessaire.

Échantillon de sang

Un prélèvement sanguin est effectué dans une veine de l’avant-bras ou du dos de la main. Le médecin commence par nettoyer le site au moyen d’un anti-sceptique. Il peut également mettre en place un lien au niveau du bras pour faire gonfler la veine sous l’effet de l’accumulation du sang. Le médecin insère alors une aiguille fine dans la veine et recueille un échantillon de sang dans un tube monté sur la seringue. Le lien est retiré et un pansement appliqué sur le site pour arrêter le saignement.

Test à faible dose du jour au lendemain

  • À 23h00, le médecin vous administre une dose de 1 mg de dexaméthasone.
  • Il prélève un échantillon sanguin le lendemain à matin à 8h00 afin de doser vos niveaux de cortisol.

Test standard à faible dose

  • Vous recueillerez des échantillons d’urine durant une période de trois jours et les stockerez en flacon par période de 24 heures.
  • Le deuxième jour, votre médecin vous administrera 0,5 mg de dexaméthasone par voie orale toutes les six heures durant 48 heures.

Test à dose élevée du jour au lendemain

  • Votre médecin mesurera vos niveaux de cortisol le lendemain du test.
  • À 23h00, une dose de 8 mg de dexaméthasone vous sera administrée.
  • Votre médecin prélèvera un échantillon de sang le lendemain à 8h00 afin de mesurer vos niveaux de cortisol.

Test standard à dose élevée

  • Vous recueillerez des échantillons d’urine durant une période de trois jours et les stockerez en contenant par période de 24 heures.
  • Le deuxième jour, votre médecin vous administrera 2 mg de dexaméthasone par voie orale toutes les six heures durant 48 heures.

Résultats

Un résultat anormal au test à dose faible peut indiquer que vous souffrez d’une excrétion excessive de cortisol, pathologie connue sous le nom de syndrome de Cushing. Ce trouble peut être le résultat d’une tumeur des glandes surrénales ou de l’hypophyse, ou ailleurs dans le corps, entraînant la production d’un excès d’hormone adrénocorticotrope (ACTH). Les résultats d’un test à dose élevée peuvent contribuer à identifier une tumeur de l’hypophyse comme la cause du syndrome de Cushing.

Des niveaux élevés de cortisol peuvent également être le résultat d’autres conditions, au nombre desquelles :

  • crise cardiaque ;
  • insuffisance cardiaque ;
  • mauvaise alimentation ;
  • fièvre ;
  • hyperactivité de la glande thyroïde ;
  • anorexie nerveuse ;
  • dépression ;
  • diabète non traité ;
  • alcoolisme.

Risques

Comme c’est le cas avec tout prélèvement de sang, il existe un risque minimum de formation d’une ecchymose mineure sur le site de la ponction. Dans de rares cas, la veine peut enfler après une prise de sang. Cette pathologie, appelée phlébite, peut être traitée par application d’une compresse chaude plusieurs fois par jour. La poursuite du saignement peut constituer un problème si vous êtes atteint(e) d’un trouble de la coagulation ou sous un anticoagulant tel que la warfarine (Coumadin) ou l’aspirine.

Suivi

Même avec un résultat anormalement élevé, votre médecin peut recommander des tests supplémentaires avant de diagnostiquer un syndrome de Cushing. Si ce trouble est diagnostiqué, des médicaments adéquats vous seront prescrits pour contrôler vos niveaux élevés en cortisol.

Lorsque ceux-ci sont la conséquence d’une forme de cancer, votre médecin pourra recommander d’autres tests pour identifier le type de la tumeur et le traitement requis.

Si vos niveaux élevés de cortisol sont causés par d’autres troubles, votre médecin peut recommander un autre traitement.

Autres articles

Persistance du canal artériel : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Cancer de la gorge : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

IRM du genou : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La guerre des cellules : Maladie du greffon contre l’hôte

Irene

Maladie de Niemann-Pick : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Porphyrines – urine : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Fièvre à tiques du Colorado : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Céphalées (vasculaires) de Horton ou algie vasculaire de la face : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Infestations de tiques : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Névralgie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Test de dépistage de la toxoplasmose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Alimentation équilibrée : définition, cause, symptômes, traitement

Irene