Valvulopathie aortique

Valvulopathie aortique : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

Une valvulopathie aortique survient lorsque l’artère principale de votre corps, l’aorte, et le ventricule gauche du cœur dysfonctionnent. La valve aortique détermine la quantité de sang qui s’écoule du ventricule gauche (la cavité inférieure gauche du cœur) vers l’aorte.

Il existe deux types de valvulopathie aortique, la sténose aortique et la régurgitation aortique. Dans le cas d’une sténose aortique, l’ouverture de la valve aortique est plus étroite qu’elle ne le devrait. Dans celui de la régurgitation aortique, une partie du sang reflue vers le ventricule gauche car la valve aortique ne se ferme pas de manière suffisamment étanche.

Causes et risques

Causes et risques

La sténose aortique peut être causée par une malformation cardiaque congénitale existant à la naissance. La valve aortique est constituée de trois feuillets triangulaires appelés cupsides. Lorsqu’ils fonctionnent bien, les feuillets se ferment de manière étanche, ce qui permet au sang de s’écouler dans une direction. En cas de malformation congénitale, la valve aortique ne comporte qu’un (unicupside) ou deux (bicupside) feuillets au lieu des trois habituels. Il arrive que ce type de sténose aortique ne s’accompagne d’aucun symptôme avant l’âge adulte ; ce n’est qu’alors que la valve commence enfin à donner des signes de fuite ou de rétrécissement.

Une accumulation de calcium dans la valve aortique peut également être à l’origine d’une sténose aortique. Le flux sanguin s’écoulant par votre cœur, le calcium s’accumule progressivement dans les feuillets. Le dépôt calcique peut entraîner une rigidification des feuillets et un rétrécissement de la valve aortique. Cette forme de valvulopathie aortique apparaît uniquement, néanmoins, chez des patients âgés.

Une fièvre rhumatismale et une scarlatine peuvent également être à l’origine d’une sténose aortique. Une fièvre rhumatismale (comme une scarlatine) peut commencer comme un simple mal de gorge ; elle entraîne néanmoins la formation de tissu cicatriciel sur la valve aortique. Les cicatrices peuvent entraîner un rétrécissement de la valve aortique. Ce tissu cicatriciel peut également constituer une surface propice aux dépôts calciques.

Régurgitation aortique

La régurgitation a parfois les mêmes origines qu’une sténose aortique, mais peut également être la conséquence d’une usure normale. La valve aortique s’ouvrant et se fermant plusieurs milliers de fois par jour, une usure normale peut, au fil du temps, entraîner un dysfonctionnement de celle-ci. Une valve usée peut entraîner un reflux sanguin dans le ventricule gauche.

L’endocardite est une infection des valves cardiaques qui peut également être cause d’une régurgitation aortique. Bien qu’il s’agisse là d’un cas de figure rare, la syphilis, qui est une maladie sexuellement transmissible, peut endommager la valve cardiaque. Plus rare encore, un dommage à une valve cardiaque peut constituer un effet secondaire d’un trouble de la colonne vertébrale appelé spondylarthrite ankylosante. Ces deux types de dommages peuvent également causer une régurgitation aortique.

Symptômes

Même si certains symptômes, comme des douleurs thoraciques durant l’exercice physique qui cessent au repos, sont communs aux deux formes de valvulopathie aortique, celles-ci se distinguent également par des symptômes différents. Une sténose aortique peut causer :

  • un gonflement des chevilles ;
  • de la fatigue ;
  • un essoufflement ;
  • un pouls rapide ou palpitant.

Une régurgitation aortique peut entraîner :

  • des évanouissements, d’ordinaire durant une activité physique ;
  • de la toux ;
  • de palpitations cardiaques ;

Plusieurs années peuvent être nécessaires avant que ces deux aspects d’une valvulopathie aortique n’apparaissent. Si vous éprouvez ces symptômes et avez (ou avez eu) l’une ou l’autre des conditions qui vous placent dans la catégorie des personnes à risque (fièvre rhumatismale, scarlatine, etc.), informez votre médecin de vos symptômes.

Diagnostic

Les deux formes de valvulopathie aortique sont diagnostiquées de la même manière. Le médecin vous posera probablement des questions sur vos antécédents médicaux et ceux de votre famille. Votre médecin peut prescrire un échocardiogramme, c’est-à-dire, un test employant des ondes sonores pour créer une image du cœur et de la valve aortique. Une radiographie thoracique est également couramment employée pour diagnostiquer une valvulopathie aortique.

Lorsque ces tests ne sont pas concluants, le médecin peut suggérer un cathétérisme cardiaque. Cette procédure requiert l’emploi d’un colorant pour faire apparaître d’éventuels défauts d’étanchéité de vos valves cardiaques. Le colorant vous est injecté par une veine de l’aine ou du bras. Il est ensuite suivi sur un écran au gré de son déplacement à l’intérieur du corps.

Traitement

Il n’existe, à ce jour, pas de médicaments permettant de traiter les valvulopathies aortiques, qu’il s’agisse d’une sténose ou d’une régurgitation aortique.

Traitements médicamenteux

Dans le cas d’une régurgitation, un médicament peut abaisser votre tension artérielle et empêcher l’accumulation de fluide. En cas de sténose aortique, le médecin peut recommander l’utilisation de drogues contrôlant les perturbations du muscle cardiaque. Les bêtas bloquants inhibiteurs calciques peuvent contribuer à gérer l’angine de poitrine (douleurs thoraciques). Le médecin peut prescrire des statines pour réduire les niveaux de cholestérol sanguin.

Chirurgie

Même s’il existe plusieurs méthodes chirurgicales de traitement des valvulopathies aortiques, la plus courante et la plus efficace est le remplacement de la valve aortique. À cette fin, un chirurgien ôte la valve aortique endommagée et la remplace pas une autre provenant d’un donneur humain ou d’un gros animal, tel qu’une vache ou un porc.

Le chirurgien peut également opter pour une valve mécanique. Celles-ci sont en métal et extrêmement solides, mais accroissent le risque de formation de caillots sanguins dans le cœur. Si vous êtes équipé(e) d’une valve mécanique, il est possible que vous deviez prendre un anticoagulant, tel que la warfarine (coumafène) pour gérer votre condition de manière permanente.

Au lieu de remplacer la valve, le chirurgien peut choisir de la réparer : il s’agit alors d’une valvuloplastie. Cette méthode ne nécessite pas de traitement postopératoire à long terme comme dans le cas d’un remplacement de valve. Lorsqu’une chirurgie de ce type est pratiquée sur un nourrisson ou un enfant, une valvuloplastie par ballonnet peut être pratiquée. La procédure requiert l’insertion dans le corps d’un tube fin équipé à son extrémité d’un ballonnet. Le chirurgien guide le ballonnet jusqu’à la valve aortique et l’y gonfle. Le ballonnet gonflé ouvre et étire l’ouverture de la valve, améliorant ainsi le flux sanguin. Ce type de valvuloplastie n’est d’ordinaire pas pratiqué sur l’adulte compte tenu des risques de nouveau rétrécissement ultérieur de l’aorte.

Prévention

Prenez des mesures pour limiter votre risque de développement d’une valvulopathie aortique. Voici quelques suggestions en ce sens :

  • Prévention de la fièvre rhumatismale et de la scarlatine. En cas de mal de gorge, consultez votre médecin pour vous assurer qu’il ne s’agit pas d’un streptocoque susceptible d’évoluer et d’endommager votre cœur.
  • Bonne hygiène dentaire. Prenez soin de vos dents et gencives. Vous réduirez ainsi votre risque d’infection du flux sanguin cause d’endocardite.
  • Bonne santé cardiaque. Si vous êtes atteint(e) d’hypertension ou lorsque votre taux de cholestérol est élevé, parlez à votre médecin de ce que vous pouvez faire pour les abaisser. Ces deux conditions sont étroitement liées aux valvulopathies aortiques.

Autres articles

Syndrome de détresse respiratoire de l’adulte  : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Petite taille : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Test de Coombs (épreuve à l’antiglobuline) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

éviter les douleurs d’épaules en milieu professionnel : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Frissons : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Examens médicaux essentiels chez la femme : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Traitements du cancer du col utérin : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Porphyrines – urine : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Persistance du canal artériel : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

Irene

Incontinence urinaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Infections des glandes salivaires : définition, cause, symptômes, traitement

Irene