MPOC

Options de traitement de la MPOC : Comment gérer votre maladie

Rate this post

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est une maladie à long terme qui ne peut être totalement soignée. Néanmoins, en gérant votre maladie, vous pouvez améliorer votre qualité de vie, atténuer vos symptômes et ralentir la progression de la maladie. D’autres objectifs pour le traitement incluent la prévention et le traitement des complications associées, l’amélioration de votre capacité à rester actif et l’amélioration de votre état de santé global. Dans la pluplart des cas, il est possible de prévenir la MPOC et si elle est traitée tôt, les résultats peuvent être très positifs.

Il est possible de traiter la MPOC par médicaments et par intervention chirurgicale, mais selon la clinique Mayo, ce sont les changements de mode de vie (en particulier, le fait d’arrêter de fumer) qui constituent le traitement le plus important et le plus efficace de la MPOC. Une étude du British Medical Journal a constaté que le seul fait de changer son mode de vie permet d’améliorer de manière considérable la fonction pulmonaire peu de temps après avoir pris la décision d’arrêter, et cette amélioration dure. L’American College of Physicians (ACP) recommande que les médecins traitent la MPOC en aidant les patients qui fument à arrêter. Les directives de l’ACP suggèrent également un éventail d’interventions supplémentaires, y compris par les médicaments, l’information et l’exercice. Pour un traitement réussi, il faut généralement une combinaison d’interventions médicales et de changements de comportement.

Si vous présentez certains des symptômes de la MPOC, votre médecin vous fera faire un test de respiration simple, appelé spirométrie, qui sert à mesurer le volume d’air que vous pouvez souffler en une seconde. Ce test est utilisé pour diagnostiquer la MPOC et évaluer son degré de gravité. Lorsque le diagnostic de la MPOC est établi, votre médecin vous aide à déterminer la ou les options de traitement qui vous conviendront le mieux. Votre médecin vous conseillera peut-être aussi de voir un pneumologue pour que celui-ci puisse proposer un plan de traitement spécialisé.

Changements de mode de vie

Fumer est la cause principale de la MPOC aux États-Unis, et la meilleure manière de la prévenir est de ne pas fumer. Les fumeurs ont un grand nombre d’aides à leur disposition s’ils souhaitent arrêter de fumer. En plus des produits aidant à arrêter de fumer, de nombreux hôpitaux, cliniques et organisations offrent des programmes conçus pour aider ceux qui souhaitent arrêter de fumer. Si vous ne fumez pas, vous n’êtes pas pour autant immunisé contre les effets négatifs de la fumée de cigarette. Les non-fumeurs doivent éviter autant que possible la fumée des autres, car elle se déplace dans l’air qu’ils respirent s’ils se trouvent à proximité de fumeurs.

D’autres changements de styles de vie peuvent vous aider à gérer les effets de la MPOC :

  • éviter les substances qui irritent les poumons outre la fumée de cigarette, y compris la pollution atmosphérique, les émanations de produits chimiques et la poussière
  • suivre un programme d’activité physique structuré
  • pratiquer des exercices de renforcement musculaire pour stimuler les muscles du tronc supérieur qui sont nécessaires pour respirer
  • entretenir un régime alimentaire nutritif et varié
  • contrôler le stress
  • se protéger des infections en se lavant les mains souvent, en ayant une bonne hygiène bucco-dentaire et en évitant les foules pendant la saison du rhume et de la grippe

Médicaments

Une variété de médicaments sont disponibles pour traiter la MPOC. Votre médecin peut déterminer si vous pourriez bénéficier de médicaments en fonction de la gravité de votre maladie. Certains types de médicaments incluent :

  • Les bronchodilatateurs Les bronchodilatateurs aident les muscles à se détendre au niveau des voies respiratoires afin d’atténuer la sensation d’essouflement. La plupart des bronchodilatateurs sont administrés à l’aide d’un dispositif sous forme d’inhalateur, qui permet au médicament d’agir directement sur vos poumons. En fonction de vos symptômes, votre médecin pourra soit prescrire un bronchodilatateur à action brève (dont les effets durent entre quatre et six heures, et qui est utilisé uniquement si besoin est pour des symptômes légers) ou un bronchodilatateur à action prolongée (dont les effets durent 12 heures ou plus, et qui est utilisé quotidiennement pour les symptômes de modérés à intenses).
  • Les stéroïdes. Un type de stéroïde, appelé corticostéroïde, peut être utilisé pour réduire les gonflements et la production de mucus à l’intérieur des voies respiratoires. Les stéroïde sont des médicaments anti-inflammatoires qui ont généralement inhalés, bien que certains types puissent être pris sous forme de comprimés. Les stéroïdes sont généralement recommandés lorsque vous avez des symptômes de modérés à intenses et qu’ils empirent, ou lorsque vous avez été hospitalisé plusieurs fois. Votre médecin peut vous conseiller d’essayer les stéroïdes pendant une certaine période (entre six semaines et trois mois) pour voir s’ils vous conviennent et s’ils parviennent à réduire les poussées actives.
  • Les antibiotiques Comme les personnes souffrant de MPOC peuvent avoir des symptômes qui sont possiblement causés par des infections bactériennes ou virales, il se peut que votre médecin vous prescrive un antibiotique dans le cas d’une infection. Dans certains cas, votre médecin pourra préférer ne prescrire des antibiotiques ou des antiviraux que si cela est nécessaire.

Rééducation pulmonaire

Si vous éprouvez des difficultés à effectuer des tâches de tous les jours à cause de vos symptômes, votre médecin pourra vous conseiller d’effectuer une rééducation pulmonaire. Les programmes de rééducation peuvent améliorer la capacité à faire de l’exercice, réduire la fréquence d’hospitalisation et améliorer la qualité de vie des patients souffrant de la MPOC. La durée habituelle d’un programme s’étend entre six et dix semaines, pendant lesquelles les participants se concentrent sur la gestion de la maladie par de l’activité physique et du conseil dans un environnement de groupe supervisé par une équipe de professionnels de la santé. L’un des objectifs principaux de la rééducation pulmonaire est d’apprendre à être plus actif et à effectuer les activités du quotidien en étant moins essouflé.

Si vous souffrez de la MPOC, si vos symptômes sont intenses et si votre taux d’oxygène dans le sang est bas, une thérapie à l’oxygène à domicile peut vous aider à améliorer vos fonctions physiques et mentales, ainsi qu’à réduire la sensation d’essouflement. Ce traitement, qui consiste à recevoir de l’oxygène supplémentaire par la biais d’une pince nasale ou un masque, est généralement réservé uniquement aux cas graves. En fonction de la gravité des symptômes, votre médecin pourra vous suggérer d’utiliser le traitement à l’oxygène seulement à certains moments ou tout le temps. Pour les cas graves, le recours à l’oxygène supplémentaire pendant la majeure partie de la journée peut être nécessaire pour protéger votre cœur et autres organes.

Gestion des complications

Dépister et gérer les maladies associées qui découlent de complications de la MPOC est fondamental. Si vous souffrez de la MPOC, vous êtes particulièrement vulnérable aux complications associées à la pneumonie bactérielle et virale. La gestion préventive de ces complications inclut la vaccination contre les infections pneumococciques et la grippe. L’insuffisance pondérale et la dépression peuvent également être associées à la MPOC. Si vous souffez de l’un quelconque de ces états pathologiques, il est conseillé de solliciter l’aide d’un nutritionniste ou d’un psychothérapeute.

Chirurgie

Dans des cas rares, la chirurgie peut aider à améliorer la respiration de certaines personnes ayant des symptômes graves de la MPOC, mais elle n’est généralement envisagée que lorsque d’autres traitements ont été suivis sans succès. Les options chirurgicales incluent une réduction du volume pulmonaire et des greffes de poumon. La réduction du volume pulmonaire sert à réduire la taille des poumons en enlevant entre 20 et 30 pour cent des tissus pulmonaires les plus touchés. Les greffes de poumon sont utilisées uniquement dans des cas d’affections pulmonaires irréversibles.

Bien que la MPOC ne puisse jamais vraiment être guérie, cette maladie peut souvent être évitée, et des traitements existent. Le fait se vous renseigner sur les options de traitement peut vous aider à vous sentir davantage en position de contrôle car vous pourrez travailler davantage en collaboration avec votre médecin pour gérer vos symptômes de manière efficace et améliorer votre qualité de vie.

/* */

Autres articles

C’est génétique : le diabète de type 2 : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Colite ulcéreuse : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Anorexie nerveuse : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Petite taille : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Alimentation équilibrée : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Traitement non-invasif des varices : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Épiglottite : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Test de suppression à la dexaméthasone : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La neuropathie diabétique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Thrombophlébite : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Traitements du cancer du col utérin : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Persistance du canal artériel : définition, cause, symptômes, traitement

Irene