Colite ulcéreuse

Colite ulcéreuse : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

La colite ulcéreuse est une maladie intestinale inflammatoire entraînant l’inflammation du gros intestin (colon ou intestin) et du rectum. Cette inflammation entraîne l’apparition de petites plaies ou d’ulcères des muqueuses du colon. La maladie débute en général dans le rectum avant de remonter progressivement. Elle affecte rarement l’intestin grêle au-delà de la section inférieure.

Du fait de l’inflammation, l’intestin déplace les contenus plus rapidement et se vide fréquemment. Les cellules à la surface des muqueuses mourant, des ulcères (plaies ouvertes) se forment. Les ulcères peuvent être causes de saignements et d’écoulements de mucus et de pus.

La maladie peut toucher des personnes de tous âges. Les symptômes se développent généralement entre 15 et 30 ans, ou entre 50 et 70 ans.

Causes

La cause de cette pathologie n’est pas connue. Les chercheurs ne pensent plus qu’elle est causée par le stress. Aujourd’hui, l’étude des causes possibles est centrée sur le système immunitaire et l’hérédité.

Risques

Dans la plupart des cas, il n’existe pas d’antécédents familiaux chez les patients atteints de colite ulcéreuse. Le risque que vous développiez la maladie est néanmoins plus importante lorsqu’un parent en est atteint.

L’appartenance raciale n’est pas un facteur prépondérant mais la colite ulcéreuse est plus fréquente au sein de la population européenne. Le risque est également plus élevé au sein de la population juive ashkénaze.

Certaines études ont mis en lumière l’existence d’un lien possible avec l’isotrétinoïne (Accutane, Amnesteem, Claravis ou Sotret). L’isotrétinoïne est utilisée pour traiter les formes les plus graves d’acné kystique.

Symptômes

La gravité des symptômes varie selon les personnes. Dans approximativement la moitié des cas, ces symptômes sont bénins. (PubMed Health) Il arrive toutefois qu’ils prennent une forme grave. Symptômes courants de la cote ulcéreuse :

  • douleurs abdominales ;
  • augmentation des bruits abdominaux ;
  • selles sanguinolentes ;
  • diarrhées ;
  • fièvre ;
  • douleurs rectales ;
  • perte de poids ;
  • malnutrition.

La colite ulcéreuse peut être à l’origine de symptômes supplémentaires, tels que :

  • des douleurs articulaires ;
  • une enflure des articulations ;
  • des nausées ;
  • des vomissements ;
  • des ulcères cutanés ;
  • des aphtes buccaux.

Tests

Tests

Divers tests peuvent aider votre médecin à diagnostiquer une colite ulcéreuse. Les manifestations de cette affection sont proches d’autres maladies intestinales, telles que l’iléite régionale (maladie de Crohn). Votre médecin devra donc effectuer de multiples analyses pour exclure d’autres pathologies. Tests de dépistage de la colite ulcéreuse :

  • analyse de selles destinée à déceler la présence de sang, de bactéries et de parasites ;
  • endoscopie : examen de l’estomac, de l’œsophage et de l’intestin grêle au moyen d’un tube optique muni d’un système d’éclairage et couplé à une caméra ;
  • colonoscopie : test de diagnostic impliquant l’insertion dans le rectum d’un long tube flexible pour examiner l’intérieur du colon ;
  • biopsie : un chirurgien prélève un échantillon de tissu du colon ;
  • lavement baryté : des radiographies sont réalisées de votre colon et de votre rectum en employant du baryum comme milieu de contraste.

Une analyse de sang peut également contribuer au diagnostic de la colite ulcéreuse. Elle permet de rechercher des signes d’anémie (faible numération globulaire). Une analyse de sang permet également de détecter des niveaux élevés de protéine C-réactive et une vitesse de sédimentation élevée. Il s’agit dans les deux cas d’indicateurs d’inflammation.

Traitement

La colite ulcéreuse est une pathologie chronique. Le traitement requiert d’ordinaire une thérapie médicamenteuse ou une intervention chirurgicale. L’objectif du traitement est de réduire l’inflammation à l’origine de vos symptômes.

Le médecin peut vous prescrire un traitement anti-inflammatoire. Celui-ci pourra être à base de sulfasalazine (Azulfidine), de mésalamine (Asacol et Lialda), de balsalazide (Colazal) et d’olsalazine (Dipentum). La réduction de l’inflammation permettra d’atténuer les crampes abdominales et diarrhées. Lorsque la maladie prend une forme plus grave, il est possible qu’un traitement corticostéroïde, antibiotique ou immunosuppresseur soit nécessaire.

Lorsque vos symptômes sont graves, une hospitalisation pourra s’avérer nécessaire pour remédier aux effets de la déshydratation et de la malnutrition causés par les diarrhées.

Seuls 25 % à 40 % des personnes atteintes de cette pathologie auront besoin d’une intervention d’ablation du colon. Une intervention est nécessaire en raison de saignements importants, de symptômes chroniques débilitants, d’une perforation du colon ou d’un risque de cancer. Un lavement baryté ou une colonoscopie permettent de détecter ces problèmes graves.

Les options chirurgicales sont notamment la proctocolectomie avec iléostomie (il s’agit du traitement chirurgical le plus fréquent) et l’anastomose iléoanale.

La proctocolectomie avec iléostomie implique l’ablation de l’intégralité du colon et du rectum. Une petite ouverture est pratiquée dans la paroi abdominale. L’extrémité de l’intestin grêle (iléon) est ensuite amenée à la surface de la peau. Les contenus sont drainés par évacuation dans une poche.

Lors de l’anastomose iléoanale, la partie malade du colon est retirée, mais les muscles externes du rectum sont laissés en place. L’iléon est relié à l’intérieur du rectum et une petite poche est créée. Après cette intervention, le patient peut évacuer des matières fécales par le rectum. Les selles seront plus fréquentes et contiendront plus d’eau qu’ordinairement.

Soins à domicile

Soins à domicile

Il n’existe pas de preuve solide indiquant que votre alimentation peut affecter votre pathologie. Il est possible que, lors d’une crise, vous constatiez une aggravation de vos symptômes causée par certains aliments? Les pratiques suivantes peuvent être utiles :

  • la consommation au cours de la journée de quantité importantes d’eau ;
  • la consommation de repas plus légers au cours de la journée ;
  • la limitation de votre consommation d’aliments à teneur élevée en fibres ;
  • la limitation de votre consommation d’aliments gras ;
  • la réduction de votre consommation de lait et de produits laitiers lorsque vous présentez une intolérance au lactose (c’est-à-dire, lorsque votre organisme ne digère pas le lactose) ;
  • demandez à un diététicien s’il est souhaitable que vous ajoutiez à votre régime un complément multi-vitaminique.

Complications

La colite ulcéreuse accroît votre risque de cancer du colon. À la suite du diagnostic initial, le médecin prescrira une colonoscopie et s’assurera de l’absence de cancer. Il est important de se soumettre à un dépistage de suivi huit à 12 ans après le diagnostic de la colite ulcéreuse. Cette procédure contribue à réduire votre risque de cancer du colon. Par la suite, soumettez-vous à un dépistage tous les ans ou une année sur deux, comme nécessaire. Un suivi régulier permet de détecter de manière précoce les cellules précancéreuses.

Autres complications de la colite ulcéreuse :

  • épaississement de la paroi intestinale ;
  • septicémie (infection sanguine) ;
  • déshydratation grave ;
  • syndrome colectasique (distension rapide du colon) ;
  • maladie hépatique (rare) ;
  • saignement gastro-intestinal ;
  • calculs rénaux ;
  • inflammation cutanée, articulaire et oculaire ;
  • perforation du colon ;
  • spondylarthrite ankylosante (inflammation d’articulations entre les os de la colonne vertébrale).

Long terme

À ce jour, aucun remède connu ne permet de guérir la colite ulcéreuse. Si vous en êtes atteint(e), vous devrez faire l’objet d’un suivi médical et vous conformer rigoureusement au plan de traitement votre vie durant.

Autres articles

Facteurs de risque liés à l’hypertension : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Trouble de la personnalité : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Névralgie faciale : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Intervention chirurgicale de l’artère carotide : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Goitre : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Douleur à l’épaule : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Fièvre à tiques du Colorado : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Transplantation hépatique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La neuropathie diabétique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Décollement de la rétine : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Cancer de la gorge : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Trouble de l’alimentation chez les nourrissons et les enfants en bas âge

Irene