l'artère carotide

Intervention chirurgicale de l’artère carotide : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

Les artères carotides (qui se situent de part et d’autre du cou) alimentent le cerveau en sang riche en oxygène, ce dont il a besoin pour fonctionner correctement. Sans ce flux sanguin, les cellules du cerveau meurent. Il s’agit alors d’un accident vasculaire, susceptible d’entraîner des dommages mentaux et physiques temporaires ou permanents. Les accidents vasculaires peuvent également avoir un caractère fatal.

Si vous présentez une artériopathie carotidienne, une substance désignée par le terme de plaque se forme dans le passage par lequel le sang doit circuler, ce qui limite son débit. Si les dépôts de plaque (qui sont des composés de tissus adipeux (graisses) et de cholestérol), sont suffisamment importants, ils peuvent entraver le flux sanguin qui alimente le cerveau et entraîner un accident vasculaire.

L’intervention chirurgicale (endartériectomie de la carotide) est l’une des approches possibles pour supprimer toute obstruction au flux sanguin normal, ainsi que pour réduire au maximum le risque d’accident vasculaire. L’endartériectomie de la carotide est également désignée chirurgie des artères carotides.

Objet

Votre médecin pourra recommander une endartériectomie de la carotide si vous répondez à certains critères, notamment :

  • si vous avez déjà subi un accident vasculaire ;
  • si vous avez déjà subi un mini-AVC ;
  • si l’obstruction de votre artère carotide présente un caractère grave.

Les obstructions de l’artère carotide peuvent couper l’alimentation en sang du cerveau, entraînant par là même un accident vasculaire. Ces obstructions peuvent être dues à de la plaque, ou à un caillot. En pratiquant une endartériectomie de la carotide, le médecin s’efforce maintenir l’alimentation en sang du cerveau de manière à prévenir un accident vasculaire.

L’intervention va également contribuer à prévenir un mini-AVC. Les mini-AVC présentent des symptômes identiques à l’AVC (engourdissement, difficultés d’élocution ou de vision, problèmes pour marcher), mais ils sont de courte durée. Selon l’institut national américain des troubles neurologiques et accidents vasculaires (National Institute of Neurological Disorders and Stroke, NINDS), les symptômes d’un mini-AVC disparaissent généralement dans un délai d’une heure. Comme l’accident vasculaire cérébral (AVC), le mini-AVC est dû à une obstruction temporaire de l’alimentation en sang du cerveau.

Préparation

Dans les jours précédant l’intervention, votre médecin pourra souhaiter effectuer des tests qui vont lui permettre d’obtenir une meilleure vision de vos artères. Les examens utilisés pour préparer une endartériectomie de la carotide incluent notamment :

  • une échographie de la carotide, dans laquelle les ondes sonores sont utilisées pour créer une image de l’artère ;
  • une angiographie de la carotide, la radiographie utilisant un milieu de contraste pour mettre l’artère en évidence, les obstructions étant plus facilement repérables ;
  • une angiographie à résonance magnétique, les ondes radio et magnétiques créant une image de l’artère, en recourant parfois à un milieu de contraste pour obtenir une image plus claire ;
  • une angiographie par tomodensitogramme, dans laquelle les rayons X fournissent une image en 3D des artères, en recourant parfois également à un milieu de contraste.

Interventions

L’intervention se déroule en milieu hospitalier et se déroule généralement sur plusieurs heures. L’endartériectomie de la carotide existe en deux versions :

Dans le premier type d’intervention, le chirurgien pratique une incision directement dans l’artère pour retirer ce qui cause l’obstruction.

Un produit anesthésiant vous est administré (il peut s’agir d’un agent anesthésique local qui va seulement engourdir la partie voulue du cou). Le chirurgien pourra décider de faire appel à une anesthésie locale si il ou elle souhaite s’entretenir avec vous pendant l’intervention afin de voir comment réagit votre cerveau.

L’artère faisant l’objet de l’intervention sera clampée, mais le sang continuera d’alimenter votre cerveau via l’artère carotide de l’autre côté de votre cou. Un tube pourra également être utilisé pour rediriger le flux sanguin autour de l’artère faisant l’objet de l’intervention.

Dans le second type d’endartériectomie de la carotide, la partie de la carotide présentant un problème de plaque est mise à l’envers. La plaque est éliminée, puis l’artère est remise en place. Le terme technique désignant cette intervention est : endartériectomie par éversion de la carotide.

Une fois l’obstruction éliminée, l’artère est refermée et déclampée, puis l’incision dans le cou refermée avec des points de suture. Un drain devra éventuellement être placé dans le cou pour éliminer tout liquide qui se serait accumulé. Cet épanchement s’élimine généralement dans la journée.

Rétablissement

Le délai de récupération est variable. Il est possible que vous deviez séjourner à l’hôpital pour la nuit afin de faire l’objet d’un suivi. Le médecin voudra s’assurer que vous ne présentez pas de d’hémorragie, que l’alimentation en sang de votre cerveau se fait correctement, ou que d’autres facteurs de risque d’accident vasculaire sont bien écartés. Cependant, si votre intervention s’est déroulée le matin et que vous allez bien, il est possible qu’il ne soit pas nécessaire que vous passiez la nuit à l’hôpital.

Il est possible que votre cou soit sensible ou douloureux, ou que vous ayez des difficultés à avaler.

Le médecin vous placera éventuellement sous analgésique. Il ou elle pourra également vous prescrire des médicaments anticoagulants, comme de l’aspirine, pendant un certain temps, afin de minimiser le risque de formation de caillots sanguins.

L’endartériectomie de la carotide est considérée comme une intervention relativement sûre, qui peut réduire le risque d’accident vasculaire de manière considérable en cas d’artériopathie de la carotide. L’intervention présente cependant un certain risque d’accident cérébral, voire de décès. D’autres maladies telles que le diabète peuvent également compliquer l’intervention.

Il est important que vous abordiez de manière poussée avec votre médecin les diverses options qui s’offrent à vous avant de prendre la décision d’effectuer cette intervention.

L’angioplastie de la carotide est une autre alternative chirurgicale à l’endartériectomie de la carotide. Au cours de cette intervention, un mince tube est inséré dans l’artère, une partie de ce dernier étant gonflée pour éliminer le dépôt qui s’est formé dans votre artère.

Le ballonnet gonflé repousse le dépôt, dégageant ainsi l’artère pour faciliter de nouveau la circulation. Le chirurgien pourra également insérer un petit tube en métal (ou stent ) spécialement étudié pour maintenir l’ouverture de l’artère et prévenir toute obstruction ultérieure. Il est également possible que vous soyez placé(e) sous traitement anticoagulant pour éviter la formation de caillots sanguins. Ce type de traitement permet également d’éviter un accident vasculaire sans recourir à une intervention chirurgicale.

Autres articles

Teint irrégulier : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Détection et dosage des précipitines de l’aspergillose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Transplantation hépatique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Frissons : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Anorexie nerveuse : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Incontinence urinaire féminine due au stress : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Principes fondamentaux de la gestion du poids : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Infertilité : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Cors et durillons : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Colite ulcéreuse : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La guerre des cellules : Maladie du greffon contre l’hôte

Irene

Fièvre jaune : définition, cause, symptômes, traitement

Irene