Circulation extracorporelle par oxygénateur

Circulation extracorporelle par oxygénateur à membrane (CEC) : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

La CEC aide à soutenir le cœur et/ou les poumons. Elle est généralement utilisée chez les bébés très malades atteints de troubles cardiaques ou pulmonaires. Les enfants comme les adultes peuvent aussi bénéficier de la CEC.

La CEC fait appel à un poumon artificiel pour oxygéner le sang. Ce dispositif s’appelle un oxygénateur à membrane. Il associe un générateur thermique et un filtre pour approvisionner le sang en oxygène et le réinjecter dans le sang.

Selon l’Organisation de maintien extracorporel des fonctions vitales (Extracorporeal Life Support Organization), la CEC a été utilisée pour la première fois en 1975. Chaque année, 2 800 nouveau-nés bénéficient de la CEC. L’utilisation de la CEC chez les enfants et les adultes est en augmentation (ELSO, 2010).

Utilisation

On place les patients sous CEC lorsqu’ils ont des problèmes cardiaques et pulmonaires très graves mais potentiellement réversibles. La CEC prend le relais sur le cœur et les poumons. Cela permet au patient de se reposer et de récupérer.

La CEC peut donner le temps au cœur et aux poumons minuscules des nouveau-nés de se développer. La CEC peut également être utilisée comme relais avant et après des traitements tels qu’une chirurgie cardiaque.

Selon l’Hôpital pour enfants de Cincinnati (Cincinnati Children’s Hospital), la CEC est généralement utilisée dans des situations extrêmes. En général, on y a recours après que d’autres mesures de soutien ont échoué. La survie des patients dans de telles situations est généralement estimée à 20 % ou moins. Grâce à la CEC, les taux de survie peuvent passer à 60 % (Cincinnati Children’s, 2010).

Les pathologies qui exigent la CEC incluent :

Chez les nourrissons :

  • détresse respiratoire du nouveau-né (difficultés à respirer) ;
  • hernie congénitale de coupoles diaphragmatiques (trous dans le diaphragme) ;
  • syndrome du bouchon méconial (inhalation de selles) ;
  • hypertension pulmonaire (hypertension de l’artère pulmonaire).
  • pneumonie grave ;
  • insuffisance respiratoire ;
  • arrêt cardiaque ;
  • chirurgie cardiaque ;
  • septicémie.

Chez les enfants :

  • pneumonie ;
  • infections graves ;
  • malformations cardiaques congénitales ;
  • chirurgie cardiaque ;
  • traumatisme et autres urgences ;
  • aspiration de matériaux toxiques dans les poumons ;
  • asthme.

Chez les adultes :

  • pneumonie ;
  • traumatisme et autres urgences ;
  • assistance cardiaque ;
  • infections graves.

Comment ça marche ?

Comment ça marche ?

La CEC comporte différentes parties :

  • canules : gros cathéters (tubes) insérés dans les vaisseaux sanguins pour retirer et replacer le sang ;
  • oxygénateur à membrane : un poumon artificiel qui oxygène le sang ;
  • générateur thermique et filtre : appareil qui chauffe et filtre le sang avant de le réinjecter.

Durant une CEC, la canule pompe le sang à l’extérieur du corps. Ce sang a été dépourvu d’oxygène. L’oxygénateur à membrane oxygène le sang. Le sang devient alors rouge. Le sang est ensuite réchauffé par le générateur thermique, puis filtré et réinjecté dans le corps.

Il existe deux types de CEC :

La CEC veino-veineuse :

Elle extrait le sang d’une veine et le réinjecte dans une veine. Elle est utilisée pour soutenir la fonction pulmonaire.

La CEC veino-artérielle

Elle extrait le sang d’une veine et le réinjecte dans une artère. La CEC veino-artérielle soutient à la fois le cœur et les poumons. Elle est plus invasive que la CEC veino-veineuse. Parfois la carotide a besoin d’être fermée ultérieurement. L’artère carotide est la principale artère qui va du cœur au cerveau.

Préparation

Le patient sera évalué avant la CEC. Une échographie crânienne garantira qu’il n’y a pas d’hémorragie cérébrale. Une échographie cardiaque déterminera si le cœur fonctionne normalement.

Durant une CEC, le patient aura une radiographie quotidienne des poumons.

Une fois la décision prise de commencer la CEC, le matériel sera préparé. Ceci sera effectué par une équipe spécialisée en CEC, avec un médecin certifié possédant une formation et une expérience en CEC. L’équipe comprend également :

  • infirmiers/-ières des soins d’urgence
  • inhalothérapeutes ;
  • perfusionniste, personne spécialisée dans les appareils d’assistance respiratoire et cardiaque ;
  • personnel et consultants de soutien ;
  • équipe de transports 24h/24 7j/7 ;
  • spécialistes de la rééducation.

Les médecins de la CEC peuvent avoir une certification en :

  • néonatalogie ;
  • soins intensifs ;
  • soins cardiovasculaires/thoraciques ;
  • autres spécialités.

Pendant l’oxygénation extracorporelle (ECMO)

Pendant l’oxygénation extracorporelle (ECMO)

En fonction de l’âge du patient, les chirurgiens placeront les canules dans le cou, à l’aine ou dans la poitrine. Ceci est réalisé sous anesthésie générale. Le patient reste généralement endormi pendant qu’il est sous CEC.

La CEC prend le relais du cœur et/ou des poumons. Un patient sous CEC a besoin d’être étroitement surveillé. Cela va inclure des radiographies quotidiennes et un suivi :

  • de la fréquence cardiaque ;
  • de la fréquence respiratoire ;
  • des taux d’oxygène ;
  • de la tension artérielle.

Une sonde d’intubation et un ventilateur seront utilisés. Cela permet de faire fonctionner les poumons du patient et aide à retirer les sécrétions.

Des médicaments seront administrés en continu via des cathéters intraveineux. Un médicament important est l’héparine. Cet anticoagulant empêche les caillots de sang de circuler dans la CEC.

Les patients peuvent rester sous CEC de trois jours jusqu’à un mois. Toutefois, plus un patient reste longtemps sous CEC, plus il y a de risques de complications.

Risques

Le plus gros risque de la CEC est l’hémorragie. L’héparine fluidifie le sang pour prévenir les caillots. Toutefois, elle augmente également le risque d’hémorragie dans le corps et dans le cerveau. Les patients sous CEC doivent être régulièrement contrôlés pour tout problème d’hémorragie.

Il existe aussi un risque d’infection du fait de l’insertion des canules. Il y a des chances que les patients reçoivent des transfusions sanguines fréquentes durant une CEC. Celle-ci présente également un petit risque d’infection.

Le dysfonctionnement ou l’échec du matériel de CEC est un autre risque. L’équipe de la CEC est formée pour agir en situations d’urgence telles que l’échec de la CEC.

Rétablissement

Au fur et à mesure que les patients récupèrent, ils seront sevrés de la CEC. Ceci est effectué en réduisant progressivement la quantité de sang oxygéné par la CEC. Une fois que les patients sont débranchés de la CEC, ils restent généralement sous ventilateur pendant quelque temps.

Les patients qui ont été sous CEC nécessiteront un suivi étroit pour toute pathologie sous-jacente. Par ailleurs, les nourrissons ayant reçu de faibles niveaux d’oxygène avant la CEC sont exposés à un risque plus élevé de problèmes de développement.

Autres articles

Anorexie nerveuse : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Infections des glandes salivaires : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Alimentation équilibrée : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Détection et dosage des précipitines de l’aspergillose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Maladie de Niemann-Pick : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Cancer de la vessie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Fièvre jaune : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Cancer du rein : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Greffe du pancréas : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La teigne du cuir chevelu (tinea capitis) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Décollement de la rétine : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Incontinence urinaire féminine due au stress : définition, cause, symptômes, traitement

Irene