l'alcoolisme

Causes et facteurs de risque de l’alcoolisme : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

L’alcoolodépendance est une pathologie progressive, ce qui signifie que la dépendance physique à l’alcool se développe au fil du temps. L’alcool finit par perturber l’équilibre des substances chimiques dans le cerveau qui affectent le jugement, le plaisir, et la capacité à contrôler le comportement. Selon la clinique Mayo, lorsque cet équilibre est perturbé, les personnes boivent souvent pour retrouver les sensations agréables ou pour oublier les sentiments et expériences négatives. (Clinique Mayo, 2012)

Dans bien des cas, il est impossible d’identifier une cause unique expliquant la dépendance d’une personne. Il s’agit souvent d’un ensemble d’événements, de facteurs et de comportements. Le fait de s’attaquer aux causes et aux facteurs de risque peut rendre le traitement à l’alcoolodépendance plus susceptible de réussir.

Quels sont les facteurs de risque associés à l’alcoolodépendance ?

Un mélange de facteurs de risques peut intervenir lorsqu’une personne développe un alcoolisme. Cela inclut les antécédents familiaux, l’âge ou même le cercle d’amis. Toutefois, tous les facteurs de risque ne sont pas forcément associés à un problème de dépendance à l’alcool. Par exemple, un grand nombre de personnes sont confrontées à la dépression et ne deviennent pas pour autant alcooliques. Pour d’autres, un problème peut être tellement envahissant qu’il est la cause unique de la dépendance.

Ces facteurs de risque incluent :

  • Des antécédents de boisson. Le fait de boire de l’alcool régulièrement et pendant une longue période de temps peut créer une dépendance physique et une addiction.
  • Âge. Les personnes qui commencent à boire jeunes présentent un risque accru d’abus d’alcool et d’alcoolodépendance.
  • Antécédents familiaux. Les facteurs génétiques peuvent également rendre les personnes plus susceptibles à l’alcoolodépendance. Le fait d’avoir un parent qui est alcoolodépendant augmente vos chances de devenir dépendant vis-à-vis de l’alcool. Toutefois, des antécédents familiaux d’alcoolisme ne signifient pas forcément que vous aurez le même problème. Inversement, l’absence d’antécédents familiaux d’alcoolodépendance ne vous protège pas forcément contre une addiction plus tard dans la vie.
  • Problèmes de santé mentale. Les personnes atteintes de troubles mentaux tels que la dépression, peuvent commencer à boire beaucoup pour supporter la détresse mentale ou émotionnelle.
  • Facteurs psychologiques. Certaines personnes présentant une alcoolodépendance peuvent se mettre à boire pour supporter des problèmes émotionnels tels qu’une mauvaise estime de soi, une angoisse ou le besoin d’appartenir à un groupe.
  • Sexe. Les hommes sont plus susceptibles que les femmes de souffrir d’alcoolisme. Malgré tout, selon l’Association psychologique américaine (American Psychological Association (APA)), les femmes qui sont alcoolodépendantes sont plus sensibles aux effets de l’alcool et peuvent développer des complications médicales plus tôt et de manière plus spectaculaire, même si elles consomment moins d’alcool que les hommes. (APA, 2012)
  • Influences sociales. Les influences de la part des amis, d’un(e) partenaire ou même des médias peuvent augmenter votre risque de devenir alcoolodépendant.

Une fois qu’une personne est enfermée dans un cycle d’abus d’alcool, que celui-ci ait commencé comme une façon de supporter des problèmes psychologiques ou comme un dérivatif social, la dépendance perpétue d’autres problèmes. Les personnes qui sont alcoolodépendantes peuvent développer des problèmes de santé mentale ou ressentir le besoin de continuer à boire pour se sentir à l’aise dans un groupe d’amis. Les personnes qui font des abus d’alcool sont également plus susceptibles d’abuser d’autres substances. (Clinique Mayo, 2012)

Quelles complications l’alcoolodépendance peut-elle amener ?

L’alcoolodépendance affecte tous les domaines de la vie et de la santé. Notamment :

  • problèmes relationnels domestiques ou familiaux ;
  • baisse des inhibitions et jugement médiocre, qui peuvent entraîner des situations dangereuses ou des comportements imprévisibles ;
  • gueule de bois , qui se caractérise souvent par des nausées, des maux de tête, une fatigue et une sensibilité à la lumière ;
  • coma éthylique, ou oubli des événements qui se sont produits pendant que vous buviez ;
  • accidents, tels qu’accidents de la route ou chutes ;
  • efficacité réduite et performance médiocre au travail, à l’école ou dans les affaires.

L’alcoolodépendance peut aussi affecter la santé physique. L’alcool est un dépresseur. Lorsqu’une personne consomme de l’alcool, la réponse de son système nerveux central est ralentie, et elle ne peut pas réagir aussi vite ou efficacement qu’elle ne le ferait étant sobre. L’alcool diminue également les inhibitions, affecte les émotions et trouble le jugement. Au fur et à mesure que l’alcool est consommé, cela commence à affecter des parties vitales du cerveau, ce qui à son tour interfère avec la parole et la coordination musculaire. Cela peut entraîner des complications dangereuses telles que le coma, l’empoisonnement par l’alcool et même la mort.

Les parties du corps qui sont affectées par l’alcoolisme incluent :

  • Système digestif. L’alcool peut provoquer une inflammation dans tout le corps. En particulier, la paroi de l’estomac peut devenir enflammée et prévenir l’absorption de vitamines et de nutriments. La prise excessive d’alcool peut également endommager le pancréas, qui produit des hormones régulant le métabolisme et aide à digérer les graisses, les protéines et les glucides.
  • Cœur. L’alcoolodépendance peut également augmenter les chances d’une personne de développer une hypertension, une insuffisance cardiaque et un accident vasculaire cérébral.
  • Foie. La consommation d’alcool sur le long terme peut endommager le foie et réduire sa capacité à libérer le glucose, ce qui augmente le risque d’hypoglycémie, ou faible taux de sucre dans le sang. Les lésions du foie peuvent entraîner diverses complications de santé, notamment des troubles hémorragiques, un coma, une réduction de la fonction cérébrale et une insuffisance hépatique.
  • Organes sexuels. Les hommes qui sont alcoolodépendants sont plus susceptibles de connaître un dysfonctionnement érectile. Les femmes peuvent avoir des règles irrégulières et avoir du mal à tomber enceinte.
  • Yeux. La consommation de quantités excessives d’alcool peut affaiblir voir paralyser les muscles oculaires.
  • Système nerveux. Les personnes qui sont alcoolodépendantes peuvent ressentir un engourdissement et des picotements dans les mains ou les pieds. L’abus d’alcool peut également provoquer des pensées désordonnées, la démence et des pertes temporaires de mémoire.
  • Os. L’alcool augmente le risque d’ostéoporose et de fractures.

L’alcoolodépendance augmente également le risque de :

  • Anomalies congénitales ; Les femmes qui boivent en étant enceinte placent leur fœtus au risque de syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF). Le SAF peut augmenter le risque de votre enfant d’avoir des anomalies congénitales, telles qu’une déformation des traits faciaux, des problèmes d’audition et de vue, une malformation des organes, et des déficits de croissance.
  • Cancer. Les études montrent que les personnes qui abusent régulièrement d’alcool sont exposées à un risque accru de cancer de la bouche, de la gorge, du foie, du côlon et du sein.

Article Resources

Autres articles

La pseudo-tumeur cérébrale : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Le syndrome de choc toxique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Maladie de Lyme : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Infections des glandes salivaires : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Santé bucco-dentaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Test de Coombs (épreuve à l’antiglobuline) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Intoxication alimentaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Fièvre à tiques du Colorado : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Gastrite/duodénite : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Pontage gastrique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Examens médicaux essentiels chez la femme : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Transplantation hépatique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene