IRM-du-genou

IRM du genou : définition, cause, symptômes, traitement

Rate this post

Un test d’imagerie par résonance magnétique (IRM) utilise des aimants et des ondes radio pour capturer des images à l’intérieur de votre corps sans nécessiter d’incision chirurgicale. Une IRM peut être réalisée sur une partie quelconque de votre corps, mais une IRM du genou examine spécifiquement votre genou et les régions avoisinantes.

Une IRM permet à votre médecin d’observer les tissus mous dans votre corps ainsi que les os. De cette manière, il peut inspecter les éléments du genou qui ont pu être blessés pendant une activité physique ou affaiblis par l’usure normale.

Une IRM peut produire des images détaillées de diverses parties du genou – comme les os, le cartilage, les tendons, les muscles, les vaisseaux sanguins et les ligaments – avec plus de contrastes que les autres examens.

Votre médecin vous prescrira peut-être un type particulier d’IRM appelé arthrogramme. Pour cette procédure, un médecin injectera un produit de contraste dans votre genou afin d’obtenir une meilleure vue de sa structure.

Motifs

Votre médecin pourra vous demander de subir une IRM du genou s’il soupçonne des anomalies dans l’articulation de votre genou. Le test aide vos médecins à visualiser l’anatomie de votre genou pour déterminer la cause possible de votre douleur, inflammation ou faiblesse, sans avoir à effectuer une intervention chirurgicale.

Selon la Radiological Society of North America, une IRM est habituellement prescrite pour aider les médecins à diagnostiquer et traiter de nombreux problèmes (RSNA, 2011). Il s’agit notamment des suivants :

  • arthrite et autres troubles dégénératifs des articulations
  • fractures osseuses
  • endommagement du cartilage, de ligaments, de tendons ou du ménisque
  • réduction de l’amplitude du mouvement de l’articulation du genou
  • accumulation de liquide dans le genou
  • infection
  • problèmes avec des appareils médicaux implantés
  • blessure causée par une activité sportive ou un traumatisme
  • tumeurs.

Votre médecin pourra prescrire d’autres tests d’imagerie, comme une radiographie, en plus de l’IRM de votre genou. Il pourra également prescrire une IRM avant d’effectuer une arthroscopie du genou, qui est une opération chirurgicale mineure lors de laquelle un médecin observe l’intérieur de votre genou en insérant une caméra miniaturisée par une petite incision.

Risques

À la différence de la radiographie et de la tomodensitométrie, une IRM n’utilise pas de rayonnements. Elle est considérée comme une procédure moins dangereuse pour tout le monde, en particulier pour les femmes enceintes. Bien que les taux d’irradiation d’une tomodensitométrie soient sans danger pour les adultes, ils ne sont pas sans danger pour les fœtus en développement.

Il existe des risques pour les personnes ayant des implants contenant du métal. Les aimants utilisés dans une IRM peuvent causer des problèmes avec les stimulateurs cardiaques ou causer le déplacement de vis ou de broches implantées dans le corps.

Une complication possible serait une réaction allergique au produit de contraste. Le type de produit de contraste le plus employé est le gadolinium. Cependant, la Radiological Society of North America a déclaré que ces réactions allergiques sont souvent légères et facilement contrôlées par des médicaments (RSNA, 2011).

Préparation

Les préparations pour une IRM varient entre les établissements effectuant les tests. Votre médecin ou le technicien vous donnera des instructions complètes sur la façon de vous préparer pour votre test.

Avant votre IRM, votre médecin vous expliquera en quoi consiste ce test, vous fera passer un examen physique et prendra des antécédents médicaux complets. À ce moment, dites à votre médecin si vous prenez de quelconques médicaments en incluant les médicaments en vente libre et les compléments végétaux, et mentionnez toutes allergies éventuelles. Dites-lui également si vous avez des dispositifs médicaux implantés étant donné que ces derniers peuvent être affectés par le test.

Dites à votre médecin si vous savez eu des réactions allergiques au produit de contraste dans le passé, ou si vous avez été diagnostiqué comme ayant des problèmes rénaux.

Si vous êtes enceinte, ou si vous pensez que vous l’êtes peut-être, ou si vous allaitez, vous devrez peut-être prendre des précautions particulières. Les IRM effectuées avec un produit de contraste radioactif ne sont pas considérées sans danger pour les femmes enceintes. En outre, les mères qui allaitent devraient cesser de le faire pendant environ deux jours après le test. Dites bien à votre médecin si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.

La machine utilisée pour réaliser l’IRM est un espace clos et exigu, et cela pourrait vous inquiéter si vous êtes claustrophobe ou si vous avez peur des endroits exigus. Parlez à votre médecin de toute inquiétude éventuelle. Il pourra vous donner un sédatif pour vous aider à vous relaxer. Dans les cas extrêmes, votre médecin pourra choisir une IRM ouverte lors de laquelle la machine n’est pas aussi proche de votre corps. Votre médecin est le mieux placé pour vous expliquer vos options.

Interventions

Une machine pour IRM ressemble à une roue de planche à roulettes géante. Le centre est ouvert de manière qu’une table plate puisse glisser afin d’entrer dans la machine et d’en ressortir. La partie arrondie ressemblant à une roue émet les ondes magnétiques ou radio servant à produire des images de votre corps.

Avant votre examen, vous devrez revêtir une chemise d’hôpital et retirer tous vos bijoux et piercings.

Si vous utilisez un produit de contraste, une tubulure pour injection intraveineuse sera insérée dans votre bras. Elle permettra d’injecter le produit de contraste dans votre sang.

Dans la salle d’IRM, vous serez allongé sur le dos ou sur le côté sur une table rembourrée. Le technicien pourra utiliser des oreillers ou des sangles pour que votre genou soit plus confortable pendant le test. Ceci permettra aussi de garder votre jambe immobile afin de permettre de produire des images très nettes.

Le technicien vous fera glisser dans la machine, les pieds en premier. Il vous dira quand vous devrez ne plus bouger, y compris retenir votre respiration. Étant donné qu’il se trouvera dans une pièce séparée, en regardant des écrans pour enregistrer des images, ces instructions vous seront données par l’intermédiaire d’un micro.

Vous ne ressentirez rien, mais il y aura des bruits forts, tels que des claquements ou des bruits sourds et éventuellement un ronflement. Le technicien pourra vous donner des boules Quies ou faire jouer de la musique.

Ce test prend généralement entre 30 minutes et une heure. Après que les images auront été enregistrées, vous pourrez vous rhabiller et reprendre vos activités habituelles.

Suivi

Un radiologue examinera votre IRM et transmettra le résultat à votre médecin, qui l’examinera ultérieurement.

Les images d’IRM sont en noir et blanc. Les anomalies peuvent apparaître comme des points blancs brillants. C’est là que le produit de contraste s’est accumulé en raison de l’augmentation de l’activité cellulaire.

Lorsque votre médecin examinera les résultats, il vous indiquera quel est le problème et vous aidera à décider quelle doit être la prochaine étape du traitement. En fonction de votre situation, le traitement pourra nécessiter plus de tests, des médicaments, de la physiothérapie ou une opération chirurgicale. Une certaine combinaison de ces diverses options est également une possibilité. Votre médecin examinera les options et décidera ce qui est le plus approprié pour vous.

Autres articles

Incontinence urinaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Syndrome transfuseur-transfusé (syndrome de transfusion fœto- fœtale)

Irene

éviter les douleurs d’épaules en milieu professionnel : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Trouble de la personnalité : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Phénomène de Raynaud : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Intervention chirurgicale de l’artère carotide : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Maladie de Christmas (hémophilie B) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Traitements pour les allergies : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La neuropathie diabétique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Détection et dosage des précipitines de l’aspergillose : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Déficit en hormone de croissance : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Infections des glandes salivaires : définition, cause, symptômes, traitement

Irene